BALADE BUISSONNIERE ELUSATE

Itinéraire
loading
- Départ/Arrivée
- Point d'intérêt
Circuit n° 1
Circuit n° 2

Présentation

Eauze, commune de plus de 4 000 habitants se devait de réaliser une balade sur le thème de l’eau : source de vie. Ils élirent domicile à l’oppidum Esbérous entre le 1er et 2ème siècle ap. J.C, ainsi que sur les plateaux de la Taste et Cieutat. Départ : le circuit début depuis l’église St Luperc appelée cathédrale, première église de l’Armagnac, de style gothique flamboyant, édifiée par le prieur Jean Marre, sur le site de l’ancienne église romane, dominant la ville. Cette place reste le lieu de rassemblement de ma communauté Elusate jusqu’au XVIII ème siècle autour du puits, de l’ormeau, de la maison commune, de l’église. L’enceinte, visible du nord-ouest, remonte au moins au XVème siècle. Elle est protégée par des fossés remplis d’eau. Malheureusement ces derniers ont été comblés. Place d’Armagnac, l’office de tourisme est un bâtiment typique par sa façade à colombages et croix de St André. Depuis celui-ci, prenez le passage couvert qui se trouve sur votre gauche et vous y trouverez le panneau et le point de départ N°1. Tournez à gauche, vous êtes dans une rue commerçante appelée rue Robert Daury (ancien maire). Descendez cette rue pour traverser le Bd Charles de Gaulle bordé de platanes. Empruntez la rue qui monte, appelée « Avenue des Pyrénées ». Allez devant le Château d’eau Impérial (N°2) à gauche, en léger retrait par rapport à la route. Premier château d’eau moderne, alimenté en eau par la source de Lauron grâce à un bélier (système hydraulique), il fut édifié en France sous le second empire, en 1870, par Henri de Sardac. Notez l’élégance de la façade, porte surmontée de sculptures représentant une jarre, un bélier et une devise. Cet édifice en pierre garde son côté champêtre où plantes sauvages s’accumulent dans les interstices et vous invitent à longer cette structure en forme de voute. Après la cabine téléphonique, vous tournerez à gauche pour emprunter la rue Beausoleil, vous traverserez un quartier agréable, créé dans les années 50/60, situés sur une petite colline, jalonnée de coquettes maisons avec jardins. Vous amorcerez ensuite une descente (suivre les barrières en bois bordées de prunus, pour vous retrouver dans la Rue des Fleurs, en face de vous l’école Beausoleil). Vous longez le grillage pour arriver aux bâtiments sportifs et tournez à droite, et emprunterez ce petit chemin blanc pour descendre jusqu’à l’école (N°3). Vous passez à proximité d’un petit ruisseau appelé « Bugau » celui-ci est souvent à sec hormis les jours d’orage. Longez le chemin côté gauche, en passant sous les arbres, chênes, tilleuls, platanes et vous déboucherez sur l’avenue d’Ampuero devant les arènes Nimeno II d’Eauze (N°4). Elles s’imposent à vous et sont de style andalou. Elles peuvent accueillir 4 000 personnes et datent de 1982. Les tribunes sont ornées de briques et de ferronneries correspondant aux différents élevages de taureaux s’y produisant, élevages de taureaux de combat appelés ganaderias en espagnol. Vous longez les arènes d’Eauze, tournez à droite et débouchez sur une petite route goudronnée. Retournez à droite et vous passez derrière un supermarché, en longeant le bassin d’orage (eau réserve à incendie). Continuez et prendre à gauche et suivre la Rue Camarade pour déboucher sur l’allée Julien Laudet, passez devant la coopérative agricole. Pourquoi Camarade ? Que cela signifie-t-il ? Cela provient du mot « camarata » qui signife péage de l’entrée d’un territoire. Celui-ci est donc sur une voie de circulation de l’époque romaine à proximité de la Gélise au Gué du Martir. Descendez la rue à droite. On traverse une zone nettement plus humide, au regard de la végétation. Passage sous le pont de la voie ferrée. Sur votre gauche, vous apercevez une très belle bâtisse de pierres de taille (N°5), elle abritait les pompes hydrauliques servant à l’activité des trains, notez que l’ancienne gare SNCF est à quelques pas. Arrivée sur les étangs de Camarade avec en retrait des peupliers l’ancien lavoir, symbole d’une époque révolue. Comme le citait une écrivaine gersoise Yvette Durand : « Les lessives étaient le prétexte à des réunions de femmes qui allaient en groupe à l’Andriouette ». C’est-à-dire la mare du fond des bois, alimentée par les nombreux petits ruisseaux qui sourdaient à cet endroit, eau réputée pour rincer le linge (auparavant bouilli avec cendres et saponaires). La lessive considérée comme une cérémonie se célébrait tous les trois mois dans le meilleur des cas, elle mobilisait un ou deux attelages de vaches pour le transport du linge que l’on mettait ensuite à sécher dans les prés, étendu à même l’herbe. Arrivée au lavoir de Camarde N°6 : La commune en possède plusieurs, celui-ci est de grande taille. Il pouvait accueillir jusqu’à une dizaine de lavandières. Le plan et le devis ont été dressés par M. Seris et adoptés en conseil municipal en 1863. L’accès se fait par une descente d’un petit escalier de pierres en contrebas et l’on ressent tout de suite cette notion de fraicheur. Pierres et carreaux de terres cuites, ferronneries sont les éléments majeurs du bâtiment. Dépassez le lavoir et prenez le petit chemin à gauche qui surplombe les 2 étangs, le matin tôt vous aurez peut-être la chance de découvrir quelques carpes et peut-être cistudes, tortues d’Europe, voir quelques canards, cols vert ou même hérons. Vous grimpez sur le talus à votre gauche en vous aidant des cordages bleus. Pour les plus curieux vous pouvez aller tout droit et découvrir un petit pont et un peu plus loin un ancien moulin à eau dans un environnement de pétasites dit hélioprote d’hiver, de fougères scolopendre et fusain. Après cette escapade vous retournez en arrière et grimpez le talus en vous aidant de cordage, vous poursuivez sur 50 mètres vers la droite et longez le Château Cieutat. Longer le grilla ge du pôle Château de Cieutat : remarquable pour sa très belle façade, sa beauté réside par sa simplicité uniquement rehaussée d’une très belle ferronnerie. Variante : Arrivé au grillage de la Domus, vous tournez à gauche et continuez le long du grillage. Vous arrivez à l’ancienne voie ferrée puis à la Domus que vous pouvez visiter sinon vous retournez vers le centre ville par l’Avenue Julien Laudet en longeant le stade municipal, vous tournez à gauche pour remonter l’Avenue de la Ténarèze. Vous découvrez sur votre gauche les fouilles archéologiques de la Domus d’Elusa, que vous longez sur 100m. Vous continuez sur le chemin du Château et débouchez au niveau du centre commercial et bifurquez sur la gauche. Remontez la rue de la Ténarèze pour arriver à l’intersection de la route de Lannepax et de Vic-Fezensac. Traversez le Bd St-Blancat et continuez tout droit. Remontez la rue St-July, passez devant un ancien puits public pour ensuite rejoindre la place de la Cathédrale où vous aurez plaisir à vous reposer de cette balade sur notre territoire, à l’ombre du jeune ormeau. La place piétonnière a été récemment achevée dans le cadre de la rénovation urbaine pour retrouver sa vocation d’aire de quiétude révélant la beauté du parvis de la cathédrale. Le marché hebdomadaire s’y tient toujours tous les jeudis, toute l’année et il rassemble de nombreux exposants, été comme hiver. Fin du circuit ou nous espérons que le charme aura opéré et que vous aurez plaisir à revenir déambuler sur le territoire élusate qui n’a pas fini de vous révéler son histoire.

Photos

  • balade buissonniere Elusate
  • balade buissonniere Elusate
  • balade buissonniere Elusate
balade buissonniere Elusatebalade buissonniere Elusatebalade buissonniere Elusate

Avis

Note :
- Soyez le premier à rédiger un avis ! Donner un avis